De Gazeran à Le Perray-en-Yvelines (78)

20 novembre 2017 - 20:45

Dimanche 19 novembre 2017, dix-huit esquimaux matinaux se sont retrouvés vers 09h00 sur le quai de la gare de Gazeran. L’air était frais, la pluie de la nuit s’était arrêtée et le soleil, plein de bonne volonté, essayait déjà de se lever.

Nous quittâmes la gare de Gazeran vers le nord, traversant le village par un sentier encaissé qui longe le parc d’une magnifique demeure, transformée en établissement médico-pédagogique, et ainsi restaurée. Nous avons constaté, en traversant le cœur du village, que pas un seul commerce ne survivait, une pancarte « A Vendre » décorant les vitrines fermées. Le dernier commerce, bar, tabac, journaux, PMU, est lui aussi fermé et son local à vendre. Est-ce le sort réservé à tous les villages ?

Nous avons quitté Gazeran pour entrer dans la forêt de Rambouillet qui devait être le terrain de jeu de notre après-midi. Après avoir traversé le hameau du Gâteau, nous nous sommes enfoncés dans cette forêt dont nous ne sortirions qu’après six heures de marche dans ses sentiers divers. C’est ainsi que nous avons suivi sur presque deux kilomètres le GR. 1 que nous avions emprunté plus tôt dans l’année, en sens inverse, pour relier Saint-Léger-en-Yvelines à Rambouillet.

Nous avons quitté le GR. 1 au niveau du chêne dit « de la Pocqueterie ». Le CERF (Centre d’études de Rambouillet et sa forêt), consulté par internet, nous apprend qu’il culmine à vingt-deux mètres de haut et possède un tronc de plus de quatre mètres de circonférence. Certains esquimaux en furent tellement impressionnés qu’ils ont engagé une ronde endiablée autour de ce chêne. Je ne sais pas si la vidéo que j’en ai prise pourra être vue sur notre site, mais je l’espère sincèrement. J’avais pour ma part l’impression d’assister à une cérémonie druidique dont j’ignorais évidemment les règles…

Nous avons ensuite poursuivi notre chemin sur la route des longues mares qui nous a conduits jusqu’au carrefour Sédillot, après lequel commence le marais du Cerisaie (ou Cerysaie sur certaines pancartes). Ce marais alimenté par un petit cours d’eau que nous avons enjambé sur un petit pont de pierre prend sa source dans le parc des chasses de Rambouillet. Il constitue une zone humide particulièrement riche en biodiversité, aussi bien floristique que faunistique, classé comme Réserve Biologique Domaniale. A tel point qu’on y trouve douze espèces différentes d’odonates (libellules pour le commun des mortels que nous sommes tous). Il faudra y revenir en été pour découvrir des centaines d’espèces d’insectes, … en n’oubliant pas la moustiquaire ou les répulsifs appropriés.
Nous y avons découvert une borne armoriée, probable témoin de délimitation de domaine entre deux seigneuries. Le blason représenté était à 6 besants (terme héraldique savant pour désigner des cercles) . Un héraldiste volontaire pourrait peut-être faire une étude pour savoir quel était le propriétaire qui a ainsi marqué son territoire.

Nous avons poursuivi ensuite notre randonnée sauvage en traversant une zone où les chemins indiqués sur la carte n’existaient plus. Faisant fi de cette lacune, nous avons coupé à travers bois pour rejoindre la route Ducambard qui nous a menés au carrefour de la Bosse où nous avons mangé notre repas sorti du sac.

Après être passés au carrefour du même nom, nous avons découvert le chêne dit « de la Tête d’Alouette ». Encore plus impressionnant que son collègue du matin (25 mètres de haut et quatre mètres quatre-vingt-dix de circonférence), il nous a beaucoup impressionnés. Il doit être très vieux car les rides de son écorce sont d’une profondeur que je ne soupçonnais pas. Deux cents mètres plus loin, une autre borne armoriée nous attendait sur le bord du chemin. Elle portait deux blasons différents sur deux faces opposées. Le site du Conseil Départemental des Yvelines nous indique qu’elle a été mise en place en 1547 et qu’elle délimite les propriétés de Charles de Silly (domaine de la Roche Guyon) et de François de Bourbon (comté de Montfort). Chaque face de la borne porte donc les armes d’une famille.

Il était temps de reprendre notre légère descente vers l’étang « du Coupe-Gorge », ça ne s’invente pas. Cet étang est traversé par le « Ru du Coupe-Gorge », relié par un système complexe de « rigoles » aux étangs de Hollande, système hydraulique artificiel créé (encore un !) pour acheminer de l’eau à Versailles.
Nous avons ensuite traversé le Bois Domanial de la Pommeraie, sorti des frondaisons par le chemin de la Grande Brèche qui se transforme en rue dans Le Perray-en-Yvelines pour nous conduire plus surement à la gare.

Merci à tous ceux qui ont amené leur bonne humeur dans cette escapade champêtre, et à bientôt sur d’autres chemins.

Jean-Pierre.

 

 

 

 

Voir également

Commentaires

INFORMATIONS GÉNÉRALES

Le Foyer Esquimaux est un club de randonnée affilié à la Fédération Française de Randonnée Pédestre (FFRP).

Notre club est situé à la Garenne Colombes dans les Hauts de Seine (92) .

Nous organisons une randonnée pédestre le dimanche et occasionnellement le samedi. Nos randonnées font généralement entre 17 et 25 km.

Depuis mars 2018, nous organisons également une randonnée en semaine une fois par mois !

Des randonnées dites "douces" de 6 à 10 km ont également lieu en semaine.

Nous organisons aussi des séjours en France et à l'étranger de 2 à 10 jours.

Si vous aimez marcher, vous faire de nouveaux amis et si vous appréciez la nature, rejoignez-nous et venez pratiquer ce sport de plein air.

Rejoindre le club de randonnée: http://foyeresquimaux.clubeo.com/page/cotisation-inscription.html

Pour avoir des renseignements, vous trouverez les coordonnées dans l'onglet "Contact" ou cliquez sur le lien suivant: http://foyeresquimaux.clubeo.com/contact.html

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez régulièrement l'actualité du club par e-mail

OU